Archives par mot-clé : artiste

Kim Won-gil

Né près de Jirye non loin de la ville de Andong dans la province du Gyeongsangbukdo, Kim Won-Gil a étudié la littérature anglaise et coréenne à Séoul. Après avoir reçu le prix « New Poet Award », décerné par la revue Monthly Literature, et la parution de sa première collection de poèmes, Gaewan (Éveil), remarquée par le ministère de l’Éducation, il devient professeur de littérature coréenne. Après l’engloutissement de sa ville natale lors de la construction d’un barrage, il quitte l’enseignement et vient habiter l’une des rares maisons qui subsistent sur la montagne toute proche. Il y fonde la communauté de Jirye où il accueille, en résidence, des artistes qu’il aide à promouvoir la culture coréenne traditionnelle. Il obtient le prix culturel de la province du Gyeongsangbukdo en 1984 pour son deuxième livre de poèmes, Je ne suis par encore habitué à la solitude. Il publie, en 1993, Bouquet d’adieu, ainsi qu’une compilation de textes humoristiques, L’humour de Andong, en 2002.

Le site de Jirye Artists’ Colony : http://www.jirye.com/

Publications :

Recueil de poèmes:

 

Share Button

El-Shikh Inès

Inès El-Shikh est née en Suisse en 1981 d’une mère tunisienne et d’un père égyptien. Côté pile, il y a la scientifique, puisque après une formation d’astrophysicienne elle dirige aujourd’hui une organisation non-gouvernementale œuvrant pour le rapprochement des chercheurs du monde entier sur des projets scientifiques et technologiques communs. Côté face, il y a l’artiste qui s’exprime surtout par l’écriture et la photographie. Elle a notamment co-fondé un collectif de poètes et slammeurs qui se produisent sur scène, les Spoken Poets of Geneva.

Bien qu’elle ait toujours écrit, elle ne s’est sentie que récemment prête à franchir le pas de la publication. Anémésis est la première nouvelle qu’elle publie ; elle espère que ce ne sera pas la dernière.

 

Son blog: http://shines-shadows.blogspot.com/

 

 

Publications :

Nouvelles :

Share Button

Ciholyas Jérémie

Né dans le Nord-Pas-de-Calais, région dévastée par le chômage et le Front National, il s’exile très vite en Belgique où après des études artistiques ne menant à rien il exerce successivement les fonctions de réceptionniste, de plongeur en vaisselle, de Caméraman-Monteur et finalement de bibliothécaire. Il vit toujours en dessous du fameux seuil de pauvreté.
Depuis son adolescence, dévoreur de livres en tout genre, il écrit autant qu’il dessine. Fasciné par le fantastique et l’horreur gore, il essaie de retranscrire dans ces histoires différents univers décadents en proie à la frénésie du capitalisme triomphant.
Insatiable, il nourrit ses idées d’influences éclectiques allant de la littérature classique aux romans de gare en passant par le manga, le fumetti, les comics, la BD franco-belge et le cinéma. Mais il ne supporte pas la très grande majorité des productions Bit-lit et les blogs girlys.

© Didizuka

Son style s’en ressent par le choix bien sur des thèmes, mais aussi l’emploi du vocabulaire avec lequel il joue, des techniques créatives qu’il utilise dans ces travaux graphiques. Dans les deux cas, on y reconnait une verve acérée qui tranche dans le vif du sujet faisant gicler les messages et les idées qu’il souhaite transmettre à ces lecteurs. Il aime pointer du doigt les vices de nos sociétés, de nos mentalités.

Site Web : http://imaginatechdaily.blogspot.com/

 

 

Publications :

Nouvelles :

Share Button

Choi Ji-ii

Choi Ji-ii a grandi dans les faubourgs d’une petite ville de Corée du Sud avant de s’installer, comme beaucoup d’artistes, à Séoul, dans le quartier étudiant et artistique de Hongdae, dans le Nord-Ouest de la capitale coréenne. Là, elle devient assistante d’un peintre local célèbre qui lui octroie l’usage de son immense atelier. Choi Ji-ii commence alors une œuvre surdimensionnée avec des tableaux géants. Ses grandes toiles sont des bijoux de vues ultra-réalistes de lieux souvent urbains : croisements routiers, cuisines aménagées, etc. le tout composé d’une foule de couleurs intenses, apposées dans le style pointilliste. Pour ses dessins souvent monochromes ou bicolores, Choi Ji-ii retrouve son bestiaire fantastique, des formes fragmentaires, comme des souvenirs incomplets.

On peut parfois retrouver des photos de ses œuvres sur : http://blog.naver.com/orangehone.do

Publications :

Illustrations intérieures :

Share Button

Oh Youngwha

Oh Youngwha est une peintre et calligraphe coréenne.

Elle a longtemps vécu en Italie, à Rome, où elle a étudié les arts classiques et modernes. Inspirée par l’art occidental, elle n’en reste pas moins attachée aux traditions artistiques asiatiques et coréennes. De retour en Corée, elle n’a de cesse  d’exposer ses œuvres. Elle y est parvenue avec succès récemment lors d’une exposition dans le célèbre quartier des arts traditionnels coréens de Insadong à Séoul.

Elle est aussi écrivain, auteure de contes oniriques liés, comme sa peinture, à des souvenirs d’un futur qui la hantent sans cesse.

Publications :

Illustrations de couvertures et intérieures :

Share Button