Valls de Gomis Estelle

Comme son personnage Wolfgang Bloodpint (Gentlemen de l’Etrange), Estelle Valls de Gomis dérive volontiers entre les dimensions et étudie l’énergie des minéraux.

Entre autres productions et activités, elle est l’heureuse auteure et illustratrice de nombreux ouvrages : des recueils de nouvelles fantastiques (Cabaret Vert, Des Roses et des Monstres, Brume), un roman victorien (Fin de siècle), un autre arthurien (Lancelot ou le Chevalier trouble), un essai consacré aux vampires (Le vampire au fil des siècles), un recueil de photos (Horizon Motel), deux artbooks (Fantaisies japonisantes, le Boudoir aux végétales)

On peut voir ses différentes mues créatrices de serpent se dérouler sur son site : http://www.kingdomsofestel.com

Publications :

Roman :

Nouvelles :

Illustrations :

Share Button

Carau Cyril

cyril_carau-nbNé à Marseille en 1971, Cyril Carau écrit ses premiers textes aux milieux des années 80, il s’attaque à tous les genres, sous tout support : roman, nouvelle, poésie, philosophie, théâtre, avec une prédilection pour les littératures de genre : roman noir, polar, SF, fantastique et fantasy. Constamment insatisfait de sa production littéraire, il recommence et réécrit à de nombreuses reprises ses textes. Son intention est de produire des écrits dans un style qui synthétiserait l’humour et le tragique, l’épique et le lyrisme, tout en parlant du monde tel qu’il est et en distrayant le lecteur. Ses thèmes de prédiction étant la vie, le bonheur, la liberté, la barbarie, l’ananké, le pouvoir et la puissance, l’amour, l’amitié, la société, les civilisations…

Ce n’est qu’au début des années 2000 qu’il juge ses romans et nouvelles dignes d’être lus par le plus grand nombre. Il soumet ses textes à quelques éditeurs et répond à nombre d’Appels à Textes et/ou concours.

Depuis, ses nouvelles (ou ses articles) ont été publiés dans des anthologies… notamment aux Éditions du Riez, Sombres Rets, Rivière Blanche, Parchemins & Traverses, Nostradamus et Netscripteurs, ou dans des revues et fanzines comme le Calepin Jaune, Black Mamba, Station Fiction, Borderline, Itinéraires, Univers, Parchemins & Traverses, Ananké, Galaxies – SF, East Side Stories et CinémAction.

Parallèlement à l’activité d’écriture, Cyril Carau peint à l’huile et à l’acrylique, il dessine également, encre, sépia.

Il réalise ses premiers films (avec Antoine Coppola) : le Rituel et Ecce homo, puis suivent L’Aube rouge des émeutes…, La Nouvelle Innocence, Le peuple de l’abîme, Bagbad Ground Zero, Sans entraves, Incantation érotique pour une fleur de Sakura, Les Communards et Les contes cruels du seigneur de Lacoste.

Cyril Carau s’occupe du portail OutreMonde et de sa web-revue Univers. Il est aussi le co-créateur avec Elie Darco du portail polar/étrange Ananké dont il a co-dirigé la revue. Son polar historique, Le Chant du cygne, est publié aux éditions de la Frémillerie en février 2011. En mai 2015, son thriller fantastique Les runes de feu paraît aux éditions du Riez.

 

Publications :

Romans :

Recueil de nouvelles :

Nouvelles :

Anthologies :

Illustrations :

Share Button

Choi Ji-ii

Choi Ji-ii a grandi dans les faubourgs d’une petite ville de Corée du Sud avant de s’installer, comme beaucoup d’artistes, à Séoul, dans le quartier étudiant et artistique de Hongdae, dans le Nord-Ouest de la capitale coréenne. Là, elle devient assistante d’un peintre local célèbre qui lui octroie l’usage de son immense atelier. Choi Ji-ii commence alors une œuvre surdimensionnée avec des tableaux géants. Ses grandes toiles sont des bijoux de vues ultra-réalistes de lieux souvent urbains : croisements routiers, cuisines aménagées, etc. le tout composé d’une foule de couleurs intenses, apposées dans le style pointilliste. Pour ses dessins souvent monochromes ou bicolores, Choi Ji-ii retrouve son bestiaire fantastique, des formes fragmentaires, comme des souvenirs incomplets.

On peut parfois retrouver des photos de ses œuvres sur : http://blog.naver.com/orangehone.do

Publications :

Illustrations intérieures :

Share Button

Oh Youngwha

Oh Youngwha est une peintre et calligraphe coréenne.

Elle a longtemps vécu en Italie, à Rome, où elle a étudié les arts classiques et modernes. Inspirée par l’art occidental, elle n’en reste pas moins attachée aux traditions artistiques asiatiques et coréennes. De retour en Corée, elle n’a de cesse  d’exposer ses œuvres. Elle y est parvenue avec succès récemment lors d’une exposition dans le célèbre quartier des arts traditionnels coréens de Insadong à Séoul.

Elle est aussi écrivain, auteure de contes oniriques liés, comme sa peinture, à des souvenirs d’un futur qui la hantent sans cesse.

Publications :

Illustrations de couvertures et intérieures :

Share Button

Park Jino

Park Jino est un artiste coréen : Peintre, infographiste, vidéaste, créateur de performances.

Jino est le peintre de ses cauchemars éveillés. Il dit commencer par écrire et finir par la création d’une image. Son travail est un voyage dans le monde onirique grâce notamment à la performance vidéo.

En cela son attention artistique porte sur la révélation de l’invisibilité. Dans ses oeuvres audiovisuelles, il interprète lui-même plusieurs personnages de ses rêves à l’aide des techniques du mime ; la prestation filmée fait ensuite l’objet d’un montage vidéo. C’est une autobiographie de sa vie onirique, une recherche sur le processus du souvenir.

Il a reçu plusieurs prix pour ses expositions dont ceux du Art Space de Séoul et de la Korea International Arts Fair (KIAF) de Séoul pour son portfolio en 2008. Après avoir suivi des études d’arts à Séoul, il a été diplômé de l’ENSAD, Ecole nationale supérieure des arts déco. de Paris en 2003. Il enseigne à la Seoul Women’s university.

Cette année il a exposé à la galerie Munhwailbo à Séoul et en décembre à la galerie Pig, notamment les oeuvres graphiques que l’on peut retrouver dans Dharma Poèmes.

 

Publications :

Illustrations

Share Button